Le Banquet des Généraux

Welcome to our discussion forum!

You are not logged in.

#1 2016-03-28 14:50:22

Pascal Antoine
Praelatus
From: Floriffoux
Registered: 2007-06-24
Posts: 1248

Compte Rendu Session Mars 2016

Bonjour à tous,

Étant donné les attentats terroristes récents à Bruxelles, notre local habituel n'était pas disponible! Résultat: Corto est resté sur le carreau et nous n'avons pas pu essayer Genesis... Ne t'en fais pas, Corto, ce n'est que partie remise et je suis prêt à donner priorité à ce jeu pour la prochaine session du Banquet! wink

XM nous a donc fort aimablement accueilli chez lui pour jouer à Britannia:

Nous avons été particulièrement gâtés, avec un délicieux cidre et du nougat tendre à la cerise! Col. Rosenberger ne fut pas en reste, car le petit blanc qu'il a apporté descendait tout seul! cool

Pour cette partie de Britannia, Col. Rosenberger jouait les bleus, Thingol jouait les verts, XM jouait les jaunes et je jouais les rouges:
http://img15.hostingpics.net/pics/259341BritanniaPlayers.jpg

Setup:
http://img15.hostingpics.net/pics/122987BritanniaSetup.jpg

Col. Rosenberger a pris des photos à chaque tour et il est en train de nous préparer un compte-rendu détaillé: Un peu de patience, donc... Je n'en dirai pas plus et laisse le suspens entier sur qui a gagné la partie!

Pascal big_smile


"La guerre fait de nous des monstres"... "C'est parce que nous sommes des monstres que nous faisons la guerre." - François Bourgeon - Dialogue extrait de la BD "La Petite Fille Bois-Caïman" - Courez acheter les 2 tomes, ainsi que toutes les BD de François Bourgeon - VITE!  :-))

Offline

 

#2 2016-03-29 14:05:47

Col. Rosenberger
Praelatus
Registered: 2008-10-27
Posts: 938

Re: Compte Rendu Session Mars 2016

Coming soon...

http://img15.hostingpics.net/thumbs/mini_480561historyancienthistoryancientbritonsboudeciaiceniromanempirecgon1064low.jpg

Last edited by Col. Rosenberger (2016-03-29 14:07:42)


There's only one truth about war : people die.

-Gen. Sheridan

Offline

 

#3 2016-03-30 09:50:51

Col. Rosenberger
Praelatus
Registered: 2008-10-27
Posts: 938

Re: Compte Rendu Session Mars 2016

AAR Britannia

Avant l’arrivée des légions, tout baigne. L’île de Bretagne est occupée par quelques tribus tranquilles et pacifiques (hem) : au sud, les Belges (en bleu) et les Gallois (en vert) se font des mamours, au centre les Brigantes s'emmerdent un peu tout seuls (en rouge) et au nord les Pictes (en bleu) et les Calédoniens (en vert) se font des bisous (cf photo ci-dessus).

Tour 1 : il était minc', il était beau, il sentait bon le sable chaud, mon légionnaire !

The Eagle has landed ! Au tour 1, les légions (en jaune) débarquent en masse sur les côtes de la Manche, s’emparant sans coup férir des territoires méridionaux des Belges et des Gallois (la photo a été prise en cours de tour alors que l’invasion battait son plein). Il y a peu de choses que peuvent faire les celtes face aux romains : soit se soumettre et c’est le choix des Gallois (bouh !) dès qu’ils se font expulser de Cornouailles, soit se révolter (yeah !) et c’est celui des Belges qui, emmenés par une Boudicca un peu fumasse, brûlent Londres et le Wessex jusqu’à la côte dans une de ces grandes orgies de violence bruegélienne qui marquent l'Histoire. Autant vous dire que le général romain ne trouve pas ça fort civilisé. Choc des cultures, quand tu nous tiens...

http://img15.hostingpics.net/pics/27160095T1.jpg

Tour 2 : fuckin’ Belgians

La révolte belge surprend Rome par son ampleur (remarquez sur la photo les forts en flammes au sud). Une légion est ramenée dare dare pour réprimer les excités, ce qui ralentit la progression vers le Nord (les bénéficiaires indirects en seront au tour suivant les Pictes qui ne subiront que peu la puissance romaine, ce qui pèsera lourd dans la suite, petite cause, grand effet). Passé l’effet de surprise, le sanglier belge n’a aucune chance face à la tortue romaine et se fait tailler en pièces, une fois. Dans leurs collines cosanguines, les Gallois, ramenés au rang de supplétifs, observent de loin les flammes du massacre en ricanant mais n’en demeurent pas moins passifs tandis que les Brigantes, plus impressionnés, se réfugient dans leurs hautes terres avec femmes et enfants tout en envoyant à Rome moultes gages de leur amitié et de leur bonne foi (dont le fameux haggis confit aux yeux de caille dont on parle encore en Italie).

http://img15.hostingpics.net/pics/43701982T2.jpg

Tour 3 : voir un picte et puis mourir

Après avoir annihilé les Belges, Rome, bien remonté, reprend son élan et occupe le centre et le nord de l’Angleterre. Après quelques velléités de résistance (et notamment un raid sanglant sur le Cheshire), les Brigantes se prennent deux ou trois baffes puis se soumettent, à l’inverse des Pictes qui, bien qu’écrasés en plaine, se contentent de se réfugier dans les Highlands en faisant des gestes obscènes (à la Picte, quoi, ce sont de grands enfants). Rome, à bout de souffle, n’ira pas plus loin mais l’empire tient, seul ou à l’aide de ses alliés, la totalité de l’Angleterre et le Pays de Galles. La Pax Romana s'installe, c'est l'eau chaude à tous les étages !

http://img15.hostingpics.net/pics/57410777T3.jpg

Tour 4 : il y a comme qui dirait des fuites dans l’aqueduc…

L’occupation romaine commence à craquer sous le coup des pillards barbares. Les légions sont rapatriées vers le sud pour protéger la conquête mais ne sont pas assez nombreuses pour couvrir toute la côte. Les Pictes ont pris la mer et pillé la côte nord-est (Lothian) puis réoccupé la région de Dunedin. Plus au sud, les Angles (bleu), les Saxons (rouge), les Irlandais (rouge) et les Jutes (vert) ne sont pas en reste pour semer la mort et la désolation (c'est beau l'émulation chez les barbares, notez les forts en flamme). Si les autres se contentent de raids, les Jutes poussent l’outrecuidance à occuper un bout d’Angleterre romaine (ca ne leur portera pas chance). Dans le nord, un nouveau peuple profite de l’activisme anti-romains des Pictes pour s’installer timidement, les Scots (jaune).

http://img15.hostingpics.net/pics/79494245T4.jpg

Tour 5 : chaos dans le vieux monde

Au tour 5, la Pax Romana n’est plus que ce lointain souvenir dont pépé nous rabâche les oreilles à la veillée. Même si en accord avec Rome, Brigantes et Gallois se sont étendus pour protéger la conquête, la poussée des peuples barbares se fait sentir partout. Au nord, ce sont les Pictes qui débordent la ligne des Brigantes pour se tailler un bout de terre en Lothian (qu’ils ne garderont cependant pas longtemps). Profitant de l’intérêt de leurs voisins pour le sud, les Calédoniens en profitent pour s’étendre pacifiquement dans la région de Skye. Sur la côte de Cumbria, les Irlandais débarquent également. Mais c’est dans plus bas que le chaos s’installe avec l’invasion massive des Saxons, des Angles et des Jutes qui occupent tout le sud-ouest de l’Angleterre livrée aux flammes, aux pleurs, aux cris. On en perdrait son latin. Quelle époque, j’vous jure !

http://img15.hostingpics.net/pics/25154227T5.jpg

Tour 6 : gone with the wind

A l’aube, les légions sont parties, c’est la fin d’une époque. Les brito-romains, solidement gueuledeboitisés, se regroupent en deux petits royaumes. L’un d’eux, en Avalon, est rapidement éradiqué par les Saxons du roi Aelle (avec leur délicatesse coutumière) tandis que l’autre se forme autour de la Mercie et des marais de Lindsey. Les Saxons repoussent également dans leurs collines les Gallois qui s’étaient étendus ni vus ni connus après le départ de leurs anciens maitres. En Cornouailles, les Irlandais profitent du vide du pouvoir pour s’installer tranquilou. Au centre, les Angles débarquent en masse, se taillant deux royaumes distincts (mais qui vont bien vite fusionner), séparés par les brito-romains du nord (qui n’en mènent pas large).

http://img15.hostingpics.net/pics/75965532T6.jpg

Tour 7 : Arthur et les mini-brits

Les brito-romains vivent leur grande épopée quand les guerriers de Mercie, emmenés par Arthur, fondent sur Avalon et règlent son compte au roi saxon Aelle (deux jets de dé mais on écrit des légendes pour moins que ça). Bien leur en a pris car le tour voit une invasion majeure des Angles qui réunissent leurs deux royaumes et étendent le tout sous la conduite du roi Ida. Sous la poussée, les Pictes remontent dans leurs terres. Plus au nord encore, les Scots du roi Fergus lancent des attaques sur les Orcades et les Hébrides et y massacrent les Calédoniens. Au centre, les Irlandais s’installent entre deux minuscules territoires Brigantes de même qu’au Devon et en Cornouailles. Au sud, les Saxons se fritent avec les brito-romains (sans doute en souvenir des Belges) jusqu’à ce que ces derniers leur proposent la paix des braves, ce qu’étonnement les barbares saxons acceptent. Un peu désoeuvrés, les Saxons s'en vont du coup exterminer les Jutes qui ne s'en remettront pas.

http://img15.hostingpics.net/pics/79828558T7.jpg

Tour 8 : il y a un guerrier dans chaque angle

Les brito-romains, après des négociations avec les Saxons, entament leur marche vers le nord et retournent en Mercie se positionner comme état tampon entre Saxons et Angles. Les deux puissants royaumes limitent au maximum les points de contact. Les Saxons parachèvent leur conquête du sud de l’Angleterre, ce que les tribus confirment en reconnaissent le roi Saxon comme Bretwalda d’Angleterre. De leur côté les Angles s’aventurent du côté de la mer d’Irlande, jurant leurs grands dieux qu’ils n’ont aucune visée sur le sud (mais la grande armée Angle qui se concentre à York inquiète). Les Irlandais, après avoir sécurisé les Cornouailles, vivent leur apogée en prenant pied au pays de Galles. Dans le nord, les Scots poursuivent leur progression et débarquent en Caithness au détriment des Calédoniens.

http://img15.hostingpics.net/pics/20398274T8.jpg

Tour 9 : un temps à ne pas mettre un Irlandais dehors

Sale époque pour les Irlandais qui se font chasser du centre de l’Angleterre par les Angles du roi Oswiu et du pays de Galle par les Gallois. Il ne leur reste que la pointe sud de l’île, Devon et Cornouailles, que garantissent leurs bons rapports avec les Saxons. Les Saxons justement, pour leur part, prennent l’offensive et reprennent aux Angles la bosse de Norfolk. Le roi Saxon est toujours reconnu par les tribus comme le Bretwalda d’Angleterre (malgré l’opposition de plus en plus véhémente des Angles). Dans le nord, les Calédoniens ci parviennent à reprendre les Hébrides aux Scots tandis que les Pictes réoccupent la façade occidentale.

http://img15.hostingpics.net/pics/12464690T9.jpg

Tour 10 : vous reprendrez bien un peu de picte ?

Au nord, les Pictes interviennent dans le conflit et rentrent dans le lard des Scots en s’étendant jusqu’en Caithness. C’est la fin du grand rêve du Scotland. Les Pictes s’affirment définitivement comme la puissance dominante de la région. Les Angles occupent la chaine Pennine en y éliminant les Brigantes qui s’y étaient réfugiés. Les Saxons poursuivent leur offensive vers le nord, enregistrant plusieurs succès contre les Angles qui commencent à montrer des signes d’épuisement. Signe de son contrôle du sud, le roi saxon est toujours désigné comme Bretwalda d’Angleterre.

http://img15.hostingpics.net/pics/122847T10.jpg

Tour 11 : ô mon drakar, tu es le plus beau des drakars

Le tour marque le début de la troisième époque avec l’arrivée des peuples scandinaves. Première victime spectaculaire, le royaume Angle, épuisé par son extension, harcelé par les pilleurs Danes (vert) sur la côte orientale et attaqué par les armées Saxonnes menée par le roi Egbert, s’effondre d’un coup et disparait ! Dans le nord, un raid de Viking (rouge) traverse les terres pictes en y semant le chaos. Les Scots en profitent pour reprendre du terrain. Dans le Sud, les Gallois poursuivent sur leur lancée et débarquent au Devon d’où ils chassent les Irlandais. Le roi saxon Egbert, fort de son succès contre les Angles, est nommé roi d’Angleterre. C’est le sommet de la puissance saxonne.

http://img15.hostingpics.net/pics/967273T11.jpg

Tour 12 : il n’y aurait pas quelque chose de pourri au royaume d’Alfred ?

Alors au faite de sa puissance, le royaume saxon subit de plein fouet l’invasion des Danes d’Ivar et perd toute sa moitié orientale malgré les efforts du roi Alfred. Bousculé, une partie des brito-romains trouve refuge dans les marais de Lindsey tandis qu’une autre remonte vers le nord. C’est le bordel. Il n’y a plus de roi d’Angleterre. Les Gallois, toujours un peu à l’ouest, épargnés par les raids nordiques, achèvent leur reconquête de la Cornouailles, éradiquant les derniers Irlandais. Au nord, profitant du chaos provoqué par les raids vikings, les Calédoniens réoccupent la région de Skye.

http://img15.hostingpics.net/pics/489400T12.jpg

Tour 13 : c’est la lutteuh finaleuh…

C’est la lutte à mort entre Saxons, emmenés par le roi Edgar et Danes pour le contrôle de l’Angleterre, ce qui n’empêche pas ces derniers d’étendre également leur contrôle sur les anciennes terres angles. En Cumbrie débarquent les Dublinois (jaune) d’Olaf, des scandinaves eux aussi, qui s’opposent cependanrt rapidement aux Danes dont ils coupent le royaume en deux. Pendant ce temps, les Brigantes connaissent un second âge d’or en reprenant Strathclyde, leur capitale historique. Les derniers pillards Vikings chassent les Calédoniens des Orcades et s’y installent.

http://img15.hostingpics.net/pics/862038T13.jpg

Tour 14 : Calédonia for ever... ah ben non en fait

Les Danes ont pris le dessus sur les Saxons qui ne contrôlent plus que la bande côtière sud de l’Angleterre mais ont fort à faire avec les Dublinois qui se sont solidement établis dans le centre de l’île en liquidant les Danes du nord où la guerre et les raids créent de grands vides. En Ecosse, les Pictes lancent l’offensive contre les derniers Calédoniens qui sont exterminés après avoir pris des baffes d’un peu tout le monde depuis le début. Les Saxons, fort affaiblis, trouvent cependant encore assez de force pour prendre le Devon aux Gallois mais ça ressemble plus à la recherche d’un refuge qu’à un début de reconquête.

http://img15.hostingpics.net/pics/136722T14.jpg

Tour 15 : j’irai revoir ma Normandie…

Dans le centre débarquent les Norvégiens (jaune), emmenés par le roi Harald tandis que les Dublinois, alliés, se retirent vers l’Ouest. Harald liquide le royaume Danes en deux coups de hache (sauf dans la bosse de Norfolk) et tue le roi Svein mais fait aussitôt face à un nouvel ennemi. Le roi William traverse la manche à la tête de l’armée normande (bleu), met à bas ce qui restait du royaume saxon dont le roi Harold se réfugie au Devon. Les normands remportent une série de victoires à la phyrrus qu’ils vont payer cher au tour suivant mais prennent le contrôle de tout le sud.

http://img15.hostingpics.net/pics/376609T15.jpg

Tour 16 : zis is the faïneul countdown

Après une dernière victoire (trop) coûteuse en Wessex qui le laisse avec un ersatz d’armée, William tombe sous les coups d’Harold revenu du Devon mais ce dernier manque de troupes pour poursuivre plus avant. Attaqué par tous (même les Gallois s’y sont mis), les Normands, affaiblis, se replient devant les Norvégiens et ne conservent qu’une étroite bande de terre en Wessex et Sussex. Harald est couronné roi : l’Angleterre ne sera pas normande mais norvégienne. Dans le nord, les Pictes chassent les Brigantes du Strathclyde et retrouvent leur statut de puissance régionale.

http://img15.hostingpics.net/pics/370121T16.jpg

Final : le jugement de l'Histoire

Au final, le sud de l’Angleterre voit cohabiter quelques petits royaumes (Normands, Danes, Saxons) soumis à une puissance dominante (Norvégiens). Le centre est aux mains des Dublinois avec des royaumes vassaux Brigantes et Brito-romains. Le pays de Galles est resté Gallois tandis que l’Ecosse est aux mains des Pictes même si l’extrême-nord appartient aux Scots.

Au niveau des points, bleu (Col.R. : Belges, Pictes, Angles, Normands) l’emporte d’un frifelin avec 226 points sur jaune (XM : Romains, Brito-romains, Scots, Dublinois,  Norvégiens) avec 223 points suivi de vert (Thingol : Gallois, Calédoniens, Jutes, Danes) avec 214 points et rouge (Pascal : Brigantes, Irlandais, Saxons, Vikings, Saxons) avec 208 points. C’est vous dire si ça a été serré jusqu’au bout…

http://img15.hostingpics.net/pics/83358620160327191311.jpg

Une superbe partie, en tout cas. Un grand merci à mes partenaires de jeu et surtout à XM qui nous a offert l'hospitalité !

Last edited by Col. Rosenberger (2016-03-30 10:44:45)


There's only one truth about war : people die.

-Gen. Sheridan

Offline

 

#4 2016-03-30 10:54:37

FredhoT
Praetorianus
Registered: 2014-02-20
Posts: 221

Re: Compte Rendu Session Mars 2016

Cool! Content de l'avoir acheté pour même pas 20 € chez Ludikbazar à Paris... je me réjouis de l'essayer.
Vous avez joué combien de temps?

Last edited by FredhoT (2016-03-30 10:54:54)


-------
FredhoT

Offline

 

#5 2016-03-30 10:56:19

Col. Rosenberger
Praelatus
Registered: 2008-10-27
Posts: 938

Re: Compte Rendu Session Mars 2016

Notre partie a duré de 12 à 19h, soit 7 h sans pause. Mais ça tourne très vite et tu ne t'ennuies pas une seconde.


There's only one truth about war : people die.

-Gen. Sheridan

Offline

 

#6 2016-03-30 12:03:32

Pascal Antoine
Praelatus
From: Floriffoux
Registered: 2007-06-24
Posts: 1248

Re: Compte Rendu Session Mars 2016

Merci Col. Rosenberger:

Voir la Pridain (pour utiliser l'ancien nom de l'île) depuis le lointain royaume de Thulé perturbe quelque peu, mais j'apprécie ta narration, pleine de vie et d'humour!  cool

Pour être bien équilibré, Britannia doit se jouer avec des personnes d'expérience similaire. Mon expérience du jeu m'a permis de comprendre rapidement que le bleu était "en avance" et cela venait principalement du fait que les Pictes survivaient bien face aux Scots! C'est pour cela que j'ai décidé d'éliminer les Angles (avec mes Saxons) quand j'ai vu que je pouvais le faire: Mon soucis était surtout de faire en sorte que la partie reste équilibrée. Si les Pictes se développent au nord, le rouge possède peu de moyens pour y infléchir sérieusement le cours des événements: Les Brigantes essayent surtout de survivre face aux Romains, puis face aux Angles et les Vikings ont une influence limitée. C'est donc au jaune et au vert d'intervenir, en s'alliant localement si nécessaire.

Col. Rosenberger a bien mené sa barque, aussi bien au niveau des combats que de la propagande, en insistant sur la menace saxonne... Mais je n'ai pas pu être roi 3 fois de suite, comme il l'affirmait et le Normand a fait 32 PV lors de son invasion, alors que j'avais dit qu'il en ferait facilement 30. Je n'ai pas l'habitude que le jaune soit en aussi bonne position au centre de l'île en fin de partie, c'est pour cela que j'hésitais entre le jaune et le vert comme challenger du bleu, mais je pense quand même que mon interprétation de la partie, en cours de jeu, était globalement correcte.

De fait: Interpréter le déroulement de la partie est l'exercice le plus difficile dans Britannia. Si des joueurs se concentrent trop sur une couleur, cela risque de trop favoriser une autre couleur. Parfois, on peut "redresser la barre", mais un combat raté peut facilement "faire la différence"... Ainsi va l'histoire!

Pascal wink

Last edited by Pascal Antoine (2016-03-30 12:08:13)


"La guerre fait de nous des monstres"... "C'est parce que nous sommes des monstres que nous faisons la guerre." - François Bourgeon - Dialogue extrait de la BD "La Petite Fille Bois-Caïman" - Courez acheter les 2 tomes, ainsi que toutes les BD de François Bourgeon - VITE!  :-))

Offline

 

#7 2016-03-30 20:01:12

FredhoT
Praetorianus
Registered: 2014-02-20
Posts: 221

Re: Compte Rendu Session Mars 2016

Merci pour ces précisions.


-------
FredhoT

Offline

 

#8 2016-04-02 15:24:00

Teufel
Praetorian
Registered: 2015-03-28
Posts: 1

Re: Compte Rendu Session Mars 2016

Ca avait l'air d'une belle partie wink Si vous en faite une autre je suis partant wink

Offline

 

Board footer

Powered by PunBB
Designed by Applejuice Overdose
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson