Le Banquet des Généraux

Welcome to our discussion forum!

You are not logged in.

#1 2019-04-23 10:26:12

Col. Rosenberger
Praelatus
Registered: 2008-10-27
Posts: 1228

Banquet de mars 2019

Enfin ! Enfin un rapide compte rendu en image de notre session du mois de mars. Les commentaires des participants et des curieux sont les bienvenus !!

Laurent, Pensée et Vanger se sont retrouvés autour d'un Quartermaster World War I dont ils ont pensé beaucoup de bien, semble-t-il.
https://i.ibb.co/g908GnT/bg2.jpg

Corto et moi-même avons parcouru la Lorraine (avec nos sabots) dans At Any Cost, un jeu sur la méconnue bataille de Mars-la-Tour en 1870. Un jeu excellentissime. Nos impressions plus détaillées sont à suivre...
https://i.ibb.co/Qc95qQg/bg1b.jpg

Une vue rapprochée du champ de bataille, les Prussiens sont en train de se faire tourner par la gauche par le corps de Leboeuf...
https://i.ibb.co/74TD74v/bg4.jpg

Et enfin, last but not least, Laurent, Skander et XM ont poussé les cubes dans Triumph & Tragedy.
https://i.ibb.co/mB8cXSd/bg3.jpg

Last edited by Col. Rosenberger (2019-04-23 10:26:33)


There's only one truth about war : people die.

-Gen. Sheridan

Offline

 

#2 2019-04-26 09:11:47

Corto
Praelatus
Registered: 2007-03-15
Posts: 1303

Re: Banquet de mars 2019

Bonjour,

At any cost: Metz 1870 met en scène la campagne, qui s'est déroulée autour de Metz, de l'armée commandée par le Maréchal Bazaine, à qui l'Empereur Napoléon III avait donné l'ordre de la préserver. Le Maréchal Bazaine fit montre d'une grande apathie, alors même qu'il disposait d'excellentes troupes (parmi lesquelles une partie de la garde impériale). Commencée un peu par hasard, la bataille est montée en puissance et a culminé avec les charges effrénées pour le contrôle de Mars-la-Tour. Ce fut une bataille extrêmement meurtrière ("cela coûtera ce que cela coûtera" aurait déclaré von Bredow, commandant de la cavalerie prussienne) qui préfigura la défaite finale à Sedan, et ouvrit la voie à des décennies de sang et de larmes sur notre continent. Certains historiens classent Mars-la-Tour dans les batailles les plus importantes de l'époque moderne (sur le même pied que Waterloo), si l'on veut bien y voir la matrice de l'impérialisme allemand et des guerres à suivre.
Les Français peuvent faire compter sur l'excellent fusil Chassepot et les premières mitrailleuses déployées au sein des batteries d'artillerie (ils ont l'avantage du feu direct), tandis que les Prussiens ont une meilleure artillerie (merci, Krupp!) et un commandement plus agressif. Ce sont ces derniers qui eurent finalement le dessus, au prix de milliers de victimes de part et d'autre. L'affaire fut chaude, et rien n'était joué à l'avance.
Le concepteur du jeu, Hermann Luttmann affiche déjà un beau palmarès avec des jeux remarqués, comme A spoiled victory (Dunkirk 1940), Race to the Sea: 1914, Thunder in the Ozarks, Stonewall's sword ou encore Longstreet attacks: the second day at Gettysburg (finalement publié par l'excellente société Revolution Games, alors que le jeu stagnait en P500 chez GMT) qui fonctionne selon le même système: le fameux Blind Swords chit-pull system. C'est donc un système de tirage aléatoire de chits d'activation, mâtiné d'événements imposés ou choisis secrètement par les joueurs lors de la composition du bol où s'effectuera le tirage.
L'aspect chaotique de la guerre est donc bien rendu, et donne aux joueurs la sensation que tout n'est pas entre leurs mains.
Nous avons choisi de jouer le premier jour de bataille qui voit les Prussiens arriver progressivement sur le champ de bataille après que leur cavalerie eût découvert l'armée française, tandis que cette dernière voit ses corps "s'éveiller" les uns après les autres, au fil des heures. Les manoeuvres s'enchaînent, les événements aléatoires immédiats ou à déclencher au moment opportun aussi. Les combats sont létaux, mais pas trop, tandis que leurs efficacité dépend plus de leur enchaînement (attaques et charges répétées) que des jets de dés.
Beaucoup de manœuvres et de bagarres, lors de notre partie: çà a bien secoué! Moi, j'ai adoré. C'est à refaire, sans hésitation.
Je laisse le Colonel poursuivre, s'il le souhaite.

Last edited by Corto (2019-04-26 11:19:31)


"Soldats du 5e de ligne, reconnaissez-moi! S'il en est un qui veuille tuer son général, son empereur, il le peut: me voilà!" (7 mars 1815).

Offline

 

Board footer

Powered by PunBB
Designed by Applejuice Overdose
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson