Le Banquet des Généraux

Welcome to our discussion forum!

You are not logged in.

#1 2018-05-08 16:33:57

thingol
Praetorianus
From: Ath
Registered: 2009-07-23
Posts: 345

Compte Rendu Session Avril 2018

Lors de ce Banquet d'Avril, Bertrand, Nico et votre serviteur se sont affrontés sur Triumph & Tragedy.

Je jouais les Russes tandis que Bertrand jouait l'Axe et Nico l'Ouest (Grande-Bretagne et France).

Au départ, grande offensive diplomatique de l'Axe qui prend le contrôle de la plus grande part de l'Europe centrale. Les autres puissances laissent plus ou moins faire. Dans le cas des Russes, c'est notamment parce que les cartes empêchent toute contre-offensive sérieuse sur la plan diplomatique (dur d'être un paria de la communauté internationale).

L'Axe consolide ensuite sa progression en lançant des attaques qui lui permettent de concrétiser sa domination de la plus grande partie de l'Europe (Autriche, Hongrie, Roumanie, Yougoslavie et Pologne). L'Ouest continue de consolider. Les Russes, en plus de s'industrialiser, finissent par découvrir des technologies intéressantes (Rocket Infantry et Mechanized Infantry), ce qui permettra de booster l'Armée Rouge.

Mais les armées de l'Axe semblent trop puissantes pour être prises de front. En 1940-1941, l'Allemagne semble se décider à attaquer le Benelux et finit (enfin) par déclarer la guerre à l'Ouest. En quelques mois, Paris est pris et la France capitule. S'ensuivent un nettoyage progressif de l'Atlantique par la Royal Navy. Pendant ce temps, Staline se dit qu'il est le prochain sur la liste d'Hitler et déclare lui-même la guerre pour profiter du fait que les forces allemandes sont encore clairsemées sur le front de l'Est. S'ensuivent plusieurs offensives victorieuses en Pologne et dans les Balkans (Roumanie et Hongrie). Les avancées technologiques de la Russie portent leur fruits et les forces de l'Axe sont en difficulté.

Un débarquement s'ensuit également en France. Cependant, les forces blindées allemandes composées des nouveaux tanks Panther et Tiger (technologie Heavy Tanks) sont rassemblées en une grande Task Force, qui prend pied au Nord de la Pologne, menaçant Leningrad et Moscou. Une contre-offensive russe menée avec un nombre insuffisant d'unités se casse les dents et se fait progressivement anéantir, ce qui rétablit un certain équilibre sur le Front de l'Est.

Cependant, ce rétablissement se paye par des parties du front entièrement dégarnies. Voyant une opportunité en or, les troupes russes entament une blitzkrieg effrénée de la Hongrie jusqu'à Rome, ce qui entraîne la capitulation italienne (ils n'attendaient que ça !).

Du côté de l'Atlantique, plusieurs tentatives de débarquement aux Pays-Bas et au Nord de l'Allemagne mais il y a surtout une tête de pont solide autour de Paris. La République Espagnole, allié aux communistes, nettoie la présence allemande au sud de la Loire. C'est à ce moment-là (mi-1944) que, surprise, les impérialistes sournois trahissent la cause commune et déclarent la guerre au camp russe, liquidant les troupes espagnoles.

Devant cette trahison inqualifiable, les offensives en cours sont annulées, une trêve précaire s'installe entre la Russie et l'Allemagne. Par contre, l'armée suédoise (satellite de la Russie) prend la Norvège (satellite de l'Ouest). Plus important, au Moyen Orient, l'ensemble des troupes britanniques est stationnée en Egypte et une seule troupe en Inde. Les troupes russes se redéploient rapidement, passent en Perse (possession britannique) et, vers la fin de l'automne 1944, une armée russe arrive devant New Delhi. Celle-ci, faiblement défendue (forteresse à 1 CV), tombe rapidement devant les assauts de l'Armée rouge.

C'est sur ces entrefaites que la partie se termine, avec une victoire militaire de la Russie qui a pris 2 capitales ennemies (Rome et New Delhi).

Offline

 

Board footer

Powered by PunBB
Designed by Applejuice Overdose
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson